Les arbres fruitiers

arbres fruitiers jardinerie

Les arbres fruitiers ont leur place dans tous les jardins.
Au printemps, leur floraison éblouissante ajoute le plaisir des yeux à la gourmandise.

Où planter vos arbres fruitiers ?

Ils aiment en général une exposition ensoleillée. Certains, d’origine méditerranéenne, sont à rentrer en hiver (les agrumes, par exemple).
Sur la plupart des arbres fruitiers, la pollinisation est croisée, c’est à dire qu’elle se produit d’un arbre à l’autre. Il faut donc souvent planter plusieurs fruitiers ensemble, c’est le cas des pommiers et des poiriers.

Quand planter vos arbres fruitiers ?

De préférence à l’automne ou au début de l’hiver, mais aussi en février et mars.
Comment planter vos arbres fruitiers ?
Réaliser un trou de 2 à 3 fois la grosseur du conteneur, incorporer du compost additionné de fumier ou de terreau spécial plantation, dans une proportion de 1/3 de votre terre.
Comblez et tassez la terre avec le pied, en prenant précaution de ne recouvrir les racines que de 1 à 2 cm, pas plus. Arroser copieusement, puis placer un tuteur.

Choix des variétés

Il faut savoir que tous les arbres fruitiers ont une abondance de variétés. Cela permet d’avoir des récoltes à des périodes différentes.
Les fruitiers s’utilisent de diverses façons dans le jardin :

  • pour constituer un verger ou bien accompagner un chemin, il seront plus ou moins alignés.
  • mélangés dans une haie variée, pour masquer ou au contraire décorer un endroit du jardin
  • en isolé, pour créer un ombrage
  • plantés en bac ; sachant qu’ils seront moins fructifères

Les cultures les plus faciles dans la région toulousaine sont :

  • les cerisiers : plus particulièrement les variétés bigarreau ‘Burlat’, ‘Sunburt ‘ variété autofertile
  • les pruniers : Mirabelle, Reine Claude dorée, Reine Claude violette.
  • les figuiers, nashis, kakis dans n’importe quelle variété
  • les abricotiers : Bergeron, Polonais, Tardif de Tarbes greffés sur prunier myrobolan
  • les vignes : Amendin, Cardin et Aladin résistantes aux maladies
  • les poiriers : William, Doyenne du comice
  • les pommiers Ariane, car résistante aux maladies, et toutes les variétés anciennes
  • les pêchers et nectarines : pêche de vigne, Morton

Préférez les variétés adaptées à notre région et résistantes aux maladies et n’hésitez pas à demander conseil auprès de nos spécialistes.

L’entretien des fruitiers

La taille est en général indispensable pour obtenir de bonnes récoltes. Elle doit se faire en général à l’automne ou en hiver en fonction des espèces.
Pour les cerisiers, abricotiers, pruniers, figuiers, nashis, il faut tailler les 3 premières années
de 1/3 à ½ de la pousse de l’année précédente et supprimer les branches intérieures.
Pour les pommiers et poiriers il faut également tailler tous les rameaux auxiliaires à 3 yeux.
Les fruitiers sont gourmands. Chaque hiver, apportez-leur un engrais riche en potasse et phosphore, de préférence organique.

Un traitement d’hiver est fortement conseillé :

  • brûlez toutes les feuilles mortes et les déchets de taille malades
  • pulvérisez une préparation de bouillie bordelaise en novembre, janvier et mars.
  • effectuez également un traitement d’hiver pour éliminer les larves et les œufs cachés.

ARBRES FRUITIERS notre conseil cliquez ici

Agapanthus

L’agapanthe est la Fleur de l’Amour !

Étymologiquement Agapê signifie en grec ancien amour et Anthos fleur …

Agapanthus
L’agapanthe est la Fleur de l’Amour !

L’Agapanthus nous vient des jardins du Cap de Bonne Espérance. N’est-ce pas une belle origine pour cette fleur à la séduction irrésistible ?
Ce sont des explorateurs néerlandais qui, au 17ème siècle, la rapportèrent d’Afrique du Sud, et c’est un Anglais, Lewis Palmer qui obtint les premiers hybrides rustiques Headbourne, appelés d’après son jardin.
Comme les nymphéas, Monet s’inspira beaucoup des agapanthes pour sa peinture et son jardin.

Un amour de fleur

On la croyait réservée aux jardins de Bretagne ou du Midi, l’agapanthe trouve désormais sa place dans tous les jardins. Quelle heureuse nouvelle pour les jardiniers ! Avec son allure exotique et ses origines sud-africaines elle semblait un peu frileuse, mais il suffit de faire le bon choix ! De nouvelles variétés sont maintenant disponibles, bien résistantes au froid, à l’aise en pleine terre, même en climat rude.

Cette vivace aussi généreuse en feuillage qu’en floraison est à l’aise dans tous les styles de jardin : contemporain, romantique ou naturel. Elle séduit le jardinier d’aujourd’hui par son effet spectaculaire et sa facilité d’entretien. Elle a juste besoin de soleil. Une fois bien installée, elle supportera sans protester la sécheresse estivale et même les oublis d’arrosage.

Elle n’a pas son pareil pour dynamiser une scène ou marquer des points stratégiques du jardin : entrée, angle de maison, début ou fin d’allée. Avec sa silhouette graphique, elle est magnifique dans un jardin ou sur une terrasse contemporaine. L’agapanthe est parfaite pour être la star du jardin en pots, offrant jusqu’à 20 ou 30 ombelles, tel un gros bouquet de très longue durée.

Elle s’accorde en beauté avec le jardin minéral ou minimaliste tout en étant une alliée de choix des scènes romantiques, exotiques et même naturelles, quand on l’associe audacieusement avec des graminées ou des ombellifères légères.

L’agapanthe est une plante facile, qui a juste besoin de soleil et d’un sol bien drainé en hiver. Les variétés persistantes sont moins résistantes au froid. Cultivez-les en pot, sauf en climat doux où elles se plairont au jardin.

Préférez un endroit ensoleillé où elle appréciera lumière et soleil. Durant les deux premières années, prévoyez un bon arrosage hebdomadaire. Par la suite, elle supportera sans problème la sécheresse. L’agapanthe est un peu gourmande, prévoyez un peu d’engrais au départ de la végétation. Elle n’a pas d’ennemi. Après la floraison, coupez les fleurs au ras du sol, sauf si vous voulez récolter les graines.

Au fil des années, les touffes d’agapanthe seront de plus en plus généreuses, une présence aussi décorative qu’un bel arbuste. Belles tout l’été, parfois dès mai, elles fleurissent jusqu’en septembre. Les teintes bleu azur, bleu violet, gris pâle ou blanc pur, ainsi que le feuillage bien dessiné, d’un vert vif et luisant ont une présence magnifique.

Figuier

Grand amateur de figues, Louis XIV fit planter une figueraie de plus de 700 arbres au Potager du Roy. Déjà cultivé par les Sumériens, le figuier est souvent cité dans les récits bibliques et mythologiques.

Un arbre mythique

Un des plus beaux arbres

Le figuier est sans conteste un des plus beaux arbres fruitiers, avec son feuillage ample, découpé et vert brillant, qui se déploie tard au printemps et se teinte d’or avant de chuter en automne. Ses nombreux fruits mûrs sont tout aussi décoratifs lorsque le soleil les teinte de vert tendre, de jaune beurre, de pourpre, de violet ou de noir. Leur rondeur et leur souplesse sont un appel irrésistible à la gourmandise et leur chair sucrée, chaude et mielleuse se fait fine confiserie. Fruits de santé, fruits de sportifs, on aime les figues juste cueillies sur l’arbre, mais aussi en entrée et dans des plats ‘sucré-salé’, des confitures parfumées, ou simplement séchés pour ensoleiller les papilles en hiver.
On le croyait réservé au paysage méditerranéen, mais en réalité, avec l’engouement pour le jardin nourricier, et l’envie de combiner les plaisirs, le figuier trouve sa place dans toutes les régions.

Un figuier pour chacun

La passion de quelques professionnels a permis un large choix de variétés adaptées à tous les palais, les climats et les espaces. On peut même les cultiver en pot, prenant ses quartiers d’hiver à l’intérieur en région froide. Le figuier permet de créer des ambiances très diverses, invitant au voyage vers le sud ou plus loin encore… Un figuier ‘bonsaï’ peut créer la surprise sur un petit balcon offrant le contraste de ses grandes feuilles sur une silhouette miniature. Ce large feuillage est d’ailleurs très utile pour sa qualité d’ombrage qui sait se faire oublier en hiver quand la lumière est appréciée. Dans un décor réduit, l’arbre peut se montrer discret lorsqu’on l’utilise de manière originale, palissé contre un mur.

Peu exigeant

Si on ajoute à tout ça que le figuier est un arbre peu exigeant, jamais malade, demandant peu de soins, résistant à la sécheresse, renaissant de sa souche après un grand froid…et que sa grande longévité (près de 300 ans) va lui permettre d’accompagner la famille sur plusieurs générations, on peut dire que l’essayer, c’est l’adopter pour longtemps !